à la Une

Histoire d’un homme simple prisonnier de guerre de 1940 à 1945

Publicités

Pourquoi ce blog

Mon père Verplaetse Achille Aimé est né à Montataire (Oise) en 1913 de parents belges flamands.
Il a été naturalisé français le 11 mars 1927 à Avesnes sur Helpe .
Il a préféré s’appeler par la suite Verplaetse Aimé
Sa vie ne fut pas facile, et à la retraite je souhaite lui rendre un hommage avant que je ne quitte ce monde.
Être né en 1913 c’est parler d’un centenaire, même s’il est décédé en 1993.
Mais en 1940 il n’avait que 27 ans et ma maman 21 ans….
Alors oui une belle partie de leur jeunesse a été gâchée par la guerre.

Papa commença à travailler à l’âge de 13 ans…
Il a eu une passion le cyclisme dans les années 30 et a été un brillant cycliste amateur dans le Nord de la France.Champion du Nord de vitesse sur piste au vélodrome de Maubeuge…

Mémé était son surnom.

papajeunecyclistepapagagneur

 

La débacle et la vie de prisonnier de guerre …

Grace à L.V.  du site https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/Stalag_PO/info j’ai obtenu des précisions sur mon papa :

Mai-juin 1940 c’est la débacle, l’armée française est mise à mal.. Les civils entament leur exode vers le sud.

Papa  était du 87e RIF.  Le 87e Régiment d’Infanterie de Forteresse mobilisé le 23/08/1939 à Maubeuge à partir d’un bataillon du 84e R.I.F. (ex V/1er R.I.). Ce régiment est installé sur la ligne Maginot (Secteur Fortifié de Maubeuge puis 101e D.I.F.), il est attaqué par les allemands à partir du 17/05/1940. Sur la position, les ouvrages tombent le 23 mai : La Salmagne, Bersillies, Les Sarts.
Papa est recensé comme PG le 23/05/1940 à Maubeuge où il était domicilié.

Le périple commence pour les soldats français basés dans le Nord de la France, pour mon père Maubeuge 23/05/1940 , Cerfontaine, caserne d’Avesnes sur Helpe 3 jours ( 26/05 ?), Beaumont (B) par la route  Souvent les PG passaient par Beaumont où se trouvait un lieu de regroupement et une voie de chemin de fer proche. Papa malade il a une bronchopneumonie …

8 jours après (3/06 ?) ils sont repartis pour DOISCHE, commune francophone de Belgique située en Région wallonne, proche de GIVET. Parqués dans une prairie ils mangeaient de l’herbe… Direction Hambourg ( ?) rassemblés encore dans une prairie 4 à 5000 prisonniers : belges, français, anglais, algériens…Si les prisonniers trainaient la jambe les allemands les descendaient, heureusement papa malade avait des camarades qui le soutenaient. Ils sont embarqués à Trèves Allemagne dans des wagons à bestiaux (environ le 11/06), promiscuité, manque d’hygiène, un pain pour 15 personnes… 2 jours 3 nuits puis arrivée vers le 14/06 :panneau stalag I B

04 STALAG IB carte
carte situation du Stalag IB

Citadelle Stalag 1B à 2 kilomètres de Hohenstein. C’est en Prusse Orientale, avec lacs et forêts, le Stalag IB est à 160 kms de Koenigsberg et à une centaine de kms de la frontière russe .Non loin de là,  le Maréchal Paul von Hindenburg a été inhumé au mémorial de Tannenberg. Le stalag IB a été créé en 1939 pour les soldats polonais capturés, puis a été agrandi pour accueillir les soldats belges,  français, italiens, serbes et soviétiques…

Papa a été immatriculé N° 23979 , le 14/06/1940 au stalag 1B de Hohenstein

02 liste111-papa-dedans-page30 légende

Plan du Stalag IB – Hohenstein

STALAG IB HOHENSTEIN

05 Heure de la soupe stalag 1B
Heure de la soupe…

A noter qu’un autre PG de Maubeuge H. DEHOUVE à le N° suivant au 1-B.
Il était en bonne santé et venant d’un frontstalag, dans ce cas le XII-D de Trier ( Trèves- selon son récit ) et non du XII-A proche, comme je le pensais.
Deux autres PG du même régiment et habitant également à Maubeuge sont arrivés au 1B un peu avant lui :
18245 1B CAILLAUX Etienne Soldat de Réserve « RIF 87 103 CEO » Adresse 1940: »Mr CAILLAUX E.106 Rue de la Liberté Maubeuge Nord »
18246 1B BONDROIT René Soldat de Réserve « RIF 87 103 CEO » Adresse 1940: « Mme BONDROIT 27 Route d’Avesnes Maubeuge Nord »

Il y avait 40 à 45000 prisonniers, peu d’hygiène, typhoïde, mauvais traitements…  On estime que 650 000 personnes sont passées par ce camp et ses sous-camps.

Papa malade…Il guérit …puis est exposé avec d’autres sur un marché aux « esclaves » il fallait être suffisamment musclé  => un fermier à la  limite frontière russe Lituanie le prend pour travailler.

A la ferme du 04/7/1940 au 13/01/1941 Il tombe malade, hôpital de Lique ? il y a des médecins français et allemands La tension devenait plus importante entre l’Allemagne et la Russie => transféré le 15 mars 1941   au STALAG XIA  Magdebourg.

STALAG XI A Magdebourg

Grâce à Daniel Péché du site https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/Stalag_PO
J’ai appris que 3 PG du 1B ont été transférés le 15/03/1941 au Stalag XI A en même temps que mon père VERPLAETSE Achille 23979 Fz 1B.
Voici leurs noms:
DELACOUR René 40665 Fz 1B, né le 15/03/1919 à Gatteville (Manche – 50)
MENJAUD Léonce 16652 Fz 1B, né le 24/04/1913 à Chusclan (Gard – 30)
DEVIERE Armand 28404 Fz 1B, né le 07/04/1901 à Paris 5 (Seine – 75)

STALAG XI A  camp de prisonniers de guerre appelé Altengrabow, non loin de Magdebourg

Ce camp  aurait servi pendant la 1ère guerre mondiale de prison pour les prisonniers de guerre juifs …Pour anecdote  le chanteur Maurice Chevalier y fut détenu de 1914 à 1916 après avoir été blessé sur le front .
Mon père fils de flamands belges contrairement à de nombreux autres a refusé de rentrer en France sous l’uniforme allemand. En représailles il a été roué de coups et mis 15 jours avec les juifs. Il fallait ramper pour prendre la nourriture bol rempli d’eau et de rutabaga il restait peu quand le prisonnier revenait en rampant … Un ami prisonnier propose papa comme interprète français pour le sortir de l’endroit où se trouvaient les juifs.

« Son » Kommando se composait de 40 à 45 prisonniers… Le travail  de 4h à 18h pendant 4 mois.

wolmer-stalag-xia-avec-nom

PHOTOS PAPA STALAG XIA

camp-de-prisonniers
un baraquement du Stalag XIA

 

A noter : MAI 2017

Publié le 25 mars 2017 par ppasteprisonnierdeguerre

L’association allemande, qui perpétue le souvenir du stalag XI A, organise une commémoration à ALTENGRABOW le 6 mai 2017.

Oschersleben usines de Messerschmitt

schersleben usines de Messesrchmitt une autre vie de prisonnier commence !

Témoignage de papa :1er bombardement le 29 juillet 1942 ou 1943 jour de son anniversaire,  les usines étaient des fausses usines en bois, 3 morts, destruction des ateliers…

papa-au-milieu-de-la-photo

Des trous sont faits : 80 cm 1 à 1,5 m de profondeur pour protéger les prisonniers…
Bombardements tous les mois 1/2 ? Il a cherché à s’enfuir …échec Par contre il a réussi à faire rentrer en France des jeunes séminaristes.

Louis Vanblaere :
Le 28 juillet 1943 , les forces relativement petites du VIII Bomber Command ont fait les pénétrations les plus profondes jusqu’ici accomplies par les bombardiers américains. Au total, 302 des bombardiers lourds ont été dépêchés dans deux forces, mais les conditions météorologiques défavorables ont empêché la majorité d’accomplir la mission. Un groupe sorti d’une force de 120 équipés de réservoirs à longue portée, après avoir exécuté une feinte dans la direction des cibles côtières très bombées dans la région de Hambourg-Kiel, a poussé vers l’intérieur vers Oschersleben, à 90 milles au sud-sud-ouest de Berlin, où 28 d’entre eux ont réussi à bombarder l’AGO Flugzeugwerk, un grand producteur du redoutable Fw-190’s. Pendant un moment, il semblait que, après s’être heurté au cœur du Reich, la force d’attaque serait incapable de voir sa cible. Mais à travers un petit trou dans le nuage de 9/10, le bombardier principal a reconnu un carrefour à quelques milles du point de visée. En effectuant ses calculs rapidement, il a laissé passer ses bombes sur l’heure prévue d’arrivée. Les photos de reconnaissance prises le lendemain ont montré une excellente concentration de coups sur la cible. Le ministère britannique de la Sécurité à domicile a estimé que cette attaque, quoique relativement légère (67,90 tonnes), a entraîné une perte de production de quatre semaines dans l’importante usine de Focke-Wulf…..

Fin juillet 1944  blessure à la jambe, plaie… papa est hospitalisé. A l’hôpital il y avait moins de risque d’être bombardé.
Comme il était interprète et homme de confiance on venait voir tous les 15 jours à 3 semaines s’il était guéri… Il avait une infection à la jambe, et papa faisait durer cette infection en y mettant des pelures d’oignon, de la terre…

Guéri il retourne à l’usine

Il fait la connaissance d’un homme originaire aussi de Montataire, celui-ci le fait retourner à l’infirmerie pour être soigné de la jambe par le médecin français Autier ou Gauthier : on lui détecte une pneumonie.
Un mois après il est convoqué et affecté aux cuisines allemandes pour être interprète pour les allemands.

Il a tout fait pour alléger la vie des français, mais il y avait des prisonniers du Nord de Douai, Somain, Lens et ils parlaient contre la France.

Papa insultait en patois les allemands qui ne comprenaient pas et ne savaient comment réagir.
Le samedi il devait faire son rapport à l’inspecteur du travail.

Un jour BLARY LENS (?) dit après l’allemand  « il n’a que se faire enculer »  » l’inspecteur du travail » allemand demande à mon père ce qu’il a dit. Il répond autre chose en allemand, ne veut pas traduire l’insulte…

L’allemand frappe alors mon papa à coups de louche, des coups de pied…

Ce militaire était là depuis un an, il n’avait jamais rien dit, il écoutait…

Il dit à mon père dans un français impeccable : « mon cher ami ne me racontait pas de bêtises, j’ai été chef de service chez Renault pendant 11 ans. »

11 avril 1945 parachutage d’un commandant américain avec un ordre de mission de  la Croix rouge, il était en liberté surveillée dans le camp.

Ce fut un bel espoir mais il était aussi un prisonnier ! En mai 1945 les bombardements ont continué.
Des parachutistes en très grand nombre et des véhicules motorisés ont entouré le camp aux alentours du 5 au 6 mai 1945 Barbelés ont été très vite enlevés par les prisonniers français, russes, polonais, yougoslaves, anglais… :

Papa a été certainement libéré par les américains et le retour en France en train..

JOIE